Auteur : Emmanuelle Germond

0

Herbert Marcuse – toujours d’actualité

«L’internet est un condensé des analyses de Marcuse», dit Denis Collin. Il parle, entre autres, de notre capacité à transformer nos limites: «les réseaux sociaux allant jusqu’à détruire l’idée même de vie privée». Un...

0

Chroniques de la semaine 44 2016

Une série de commentaires sur l’actualité de la semaine (voir ma page politique). La semaine dernière se passe à l’école. Premier jour: remettre un peu d’ordre dans la classe, et la découverte du mot...

0

Toute la connaissances, moins 180 secondes

 https://www.letemps.ch/opinions/2016/10/17/attaque-frontale-contre-these-180-secondes C’est un problème lorsque l’Université, lieu de recherche, lieu destiné aux connaissances, se vend aux intérêts commerciaux. Mais c’est un échec de la société, lorsque les étudiants, nos enfants, pensent sérieusement qu’un travail...

0

Etudiant Lausannois et roi Thaïlandais

Le 13 octobre Bumipol Rama IX de Thaïlande est décédé. Pendant que le temple bouddhiste d’Echallens le pleure, souvenons-nous de cette famille royale très Lausannoise. http://www.24heures.ch/vaud-regions/ceremonie-echallens-roi-bhumipol/story/29304661 En 1933, alors âgé de 6 ans, sa...

1

Immortelle instruction

Une très belle citation de Marguerite Yourcenar, de l’Académie française, première « Immortelle ». L’instruction publique est indispensable au fonctionnement de la démocratie. Elle n’est pas là pour préparer à une formation ou pour trouver un...

1

Menaces sur les œuvres du domaine public

Framasoft, avec Framalang, ont traduit et publié un article bien intéressant. Le domaine public n’existe pas pour symboliser la fin d’un droit d’auteur, mais pour assurer la protection des citoyens et de leurs accès...

0

Les « talents » de l’économie

Il parait que l’on peut toujours trouver une citation pour illustrer le quotidien dans une bible. Je trouve aussi beaucoup de citation dans d’autres livres, mais une fois n’est pas coutume: je cite la bible. Un joli petit conte (ou parabole), avec une jolie petite conclusion sur la nature de l’intérêt, des « intéressés » ou, plus communément, appelés actionnaires. Ce qui, dans un autre article, me permettra de parler du code de Hammourabi, de 17 siècles plus jeune, et que j’aime bien évoquer quand la conversation s’y prête (sans jeux de mots).