+41768223669 emmanuelle@egermond.ch

En réponse à M. Lionel Delacrétaz sur https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1290623161112685&id=100004950395583

J’ai la triste impression que c’est dans l’air du temps de présenter l’homme dans ses pires aspects, de le séparer de son essence, de le déshumaniser et de l’opposer à la femme tout en mettant cette dernière sur un piédestal.

Ici je ne discuterai pas de certains concepts fumeux au service de cette propagande ni ne présenterai un détail de ma pensée sur le sujet ; en tant qu’homme, je prends simplement le droit de répondre à cette vidéo.

Oui, la virilité existe.
La virilité ce n’est pas l’argent, ce n’est pas que le pouvoir, ce n’est pas non plus que les caractéristiques sexuelles biologiques.
La virilité c’est aussi et surtout la force morale de l’homme : sa responsabilité, son équilibre, son honneur, son courage, sa résolution, son humilité, sa constance.

Être imprégné de certaines valeurs masculines, bien que souvent dévaluées, tournées en ridicule ou dont l’existence est parfois même niée n’est pas un mal : bien au contraire.

Je m’adresse là aux jeunes garçons et hommes de demain :

Soyez fier de votre masculinité, cultivez vous et cultivez ces valeurs fondamentales qui gentilement s’étiolent.
Lorsque l’on vous parle de masculinité toxique ou que l’on vous présente l’homme comme n’ayant aucune essence, prouvez donc l’inverse par votre être et par vos actes : agissez de manière réfléchie et raisonnée, devenez les hommes intelligents, éduqués, cultivés, courageux, forts, fidèles, loyaux, vertueux, tempérés, dévoués et dignes de demain.
Soyez dignes, soyez vertueux pour vos mères, vos sœurs, vos camarades, vos collègues, vos femmes, et vos amies.

Hommes, n’oubliez jamais qui vous êtes. Hommes, devenez simplement une meilleure version de vous même.

Fides, pietas, majestas, virtus, gravitas, constantia, frugalitas.

Lionel Alipio Delacrétaz

Je suis une femme et je n’aurai pas droit à ces valeurs ? Des valeurs dignent d’être partagée sont et doivent être universelles.

M. Delacrétaz, mélange, ici, homme (mâle) et Homme (humanisme). Cet Homme (humain) n’a pas besoin d’être mâle, masculin ou virile.

L’Homme que je suis, se gausse de cet interprétation de valeurs qui ne saurait tenir dans des testicules.

“Je veux l’Homme maître de lui afin qu’il soit mieux le serviteur de tous”

Alexandre Vinet (1797-1847)

Capture d’écran: